Construire une séquence : ingrédients et recette

Construire une séquence pédagogique

Sommaire

Construire une séquence est ce que je préfère dans mon métier avec le contact quotidien avec les élèves. J’ai toujours plein d’idées pour monter une séquence pédagogique, tout y est prétexte ! Construire une séquence est tellement une passion que j’en ai plein mes tiroirs (enfin mes dossiers suspendus) ! Et parfois même, je n’ai jamais proposé ces séquences à des élèves. #personnefolle Mais puisqu’il faut bien être un minimum organisée, j’ai développé une sorte de recette pour construire une séquence avec des ingrédients obligatoires et je m’y tiens. C’est cette recette que je vous propose aujourd’hui.

Construire une séquence pédagogique

Avant propos

Mais avant de vous dévoiler cette recette, je tenais à vous souhaiter de belles vacances. Pour la 2e année consécutive, la perspective de ces vacances est plus savoureuse que par le passé. Et si je partage cet article aujourd’hui, c’est que nous nous apprêtons à nous offrir une belle pause, une bulle de repos et de déconnection. Je ne vais pas construire de séquence tout de suite, autrement que dans ma tête ou sur mes petits carnets de voyage. Mais au cas où vous le souhaitiez, j’espère que cet article vous aidera.

Construire une séquence : les ingrédients

Un menu de séquence

Pour que les élèves se repèrent dans l’avancée de la séquence, et pour m’aider aussi à construire une séquence, j’utilise un petit menu de séquence. Il comporte 4 étapes dont la tâche finale. On le colle au début de la séquence et on colorie les petites flèches ou on surligne les cases une fois qu’on a terminé l’étape en question. 

Un diaporama qui suit le menu

Chacune de mes séquences se présente sous forme de diaporama qui comporte tous les documents et activités de la séquence. Il suit scrupuleusement le menu. Et il intègre le rituel dont je parle plus bas. Ce diaporama m’aide à structurer la séquence et reste une base de travail d’une année à l’autre. Cette technique m’a sauvé pendant le confinement car j’ai simplement posé ma voix sur le diaporama pour en faire une vidéo de cours.

Un défi-mémoire

Pour construire une séquence organisée, j’intègre à chaque fois un défi-mémoire qui contient 45 mots classés par ordre de difficultés sur le thème de la séquence. Il contient les mots dont les élèves vont avoir besoin pour comprendre les documents et s’exprimer sur lesdits documents.

Une fiche mémo

Petite nouveauté depuis 2 ans, puisque nous travaillons avec les sciences cognitives dans mon établissement, chaque séquence comporte une fiche de mémorisation active. C’est elle qui contient notamment les points de grammaire que je souhaite travailler (et faire mémoriser) aux élèves.

Un document iconographique

Mon entrée dans la séquence est très souvent iconographique car je trouve que c’est une belle façon de dégager le vocabulaire nécessaire et de travailler, inlassablement, la méthode de description et d’analyse.

Fiche de mémorisation active anglais
Cliquez sur l'image pour télécharger la fiche exemple.
Une compréhension orale

Ingrédient indispensable pour construire une séquence, une compréhension orale (ou audiovisuelle si besoin) est toujours intégrée à la séquence. Et c’est là aussi l’occasion de retravailler la méthode anticiper – écouter & noter – rendre compte. 

Un pairwork

La compréhension orale donne souvent lieu à un pairwork pour « mettre en bouche » les éléments découverts dans l’enregistrement. Ce « pairwork » est pour moi un terme générique. Il peut être un « team work » ou un « group work » du moment qu’il demande de l’interaction orale.

Une compréhension écrite

Deuxième ingrédient qui arrive en général chez moi après la compréhension orale en étape 3, la compréhension écrite permet de travailler notamment les points de langue. Après la phase de compréhension qui repose elle aussi sur anticiper – lire & repérer – mettre en relation, c’est ce document qui me permet d’étudier certaines portions de phrase.

Un rituel

Enfin, pour chaque séance j’intègre un rituel issu de mon bell work dans le diaporama. 

Construire une séquence : la recette

Remarque

Chacun construit ses séquences comme il l’entend, comme il le sent. Cette « recette » n’a rien d’officiel ni d’obligatoire. Je n’en garantis pas résultat. Cette « recette » est basée sur mon fonctionnement, celui de mon établissement et mon expérience. Si vous faites différemment et que cela fonctionne, ne jetez surtout pas votre technique. Si vous cherchez à améliorer certains points – jusqu’à il y a peu chez moi c’était l’interaction orale par exemple – peut-être cette recette vous aidera-t-elle.

Choisir un thème

Il y a plein de thèmes qu’on apprécie, plus votre séquence vous ressemble plus il sera facile de la construire. Si vous manquez d’inspiration, prenez vos spécimens et allez vers le thème qui vous emballe le plus. Inutile de suivre tout le manuel s’il ne vous tente pas mais parfois une activité présente sur une page déclenchera chez vous une véritable envie de construire une séquence complète.

Définir la tâche finale

Un peu comme je l’ai appris en terminale ES – ça ne me rajeunit pas – on rédige la conclusion avant toute chose. Donc on doit trouver avant de monter le projet ce que l’on souhaite faire créer aux élèves à la fin. Lors de la rédaction de la progression annuelle, j’essaie d’alterner PE-POI-PPC pour avoir un équilibre au niveau des tâches finales entre écrit et oral. Ce que j’essaie de faire également, avant sur papier, maintenant simplement dans ma tête, c’est un « mock-up ». Que vont dire les élèves ? Que vont-ils écrire ? Cela me permet de savoir de quoi ils ont besoin pour réussir. Et je crée leur vidéo « mission » dès cet instant.

Choisir les 3 documents centraux

A partir de cette liste de points à découvrir, je choisis les documents iconographique, audio et écrit nécessaire pour mes 3 étapes. Je m’arrange pour qu’il y ait une sorte de progression entre les 3, du plus simple au plus complexe : le lexique dans l’iconographie, le fait de langue central dans la CO, ses « variants » dans la CE. Et je construis pour chaque une activité de compréhension et une tâche de production. Je ne rédige jamais mes traces écrites à l’avance mais liste les points saillants qui doivent ressortir de l’étude du document pour être utilisés lors de la tâche intermédiaire et finale.

Intégrer le rituel

Je découpe l’étude de ces 3 documents centraux en séances – évidemment une CO peut prendre plus d’1h de cours – et pour chaque j’intègre une diapositive de rituel. Le mot choisi en rituel doit être utilisé pendant la séance !

Finaliser les documents supports

En tout dernier, je crée le menu, la fiche mémo et le défi-mémoire de la séquence ainsi que l’évaluation – ou plutôt le modèle d’évaluation (voir ci-dessous) et la grille d’évaluation de la tâche.

Construire une séquence : le résultat

Deux à trois tâches intermédiaires

Pour construire une séquence, mon menu détaille les étapes sous forme de tâches intermédiaires. Ainsi pour ma séquence Spelling Bee, j’ai comme étape « create an ABC », « introduce yourself to the jury », « list rules » comme tâches intermédiaires. On retrouve en étape 1 l’abécédaire issu de l’étude d’un document iconoraphique, en étape 2 le pairwork qui fait écho à une compréhension orale et en étape 3 une mini-production écrite en rapport direct avec notre compréhension écrite. 

Une tâche finale

A vrai dire, parfois on a plusieurs tâches finales mais j’en choisi une et propose un itinéraire bis à ceux qui le souhaitent. Sur Spelling Bee la tâche finale est une interaction orale pour participer à la compétition. Pour ceux qui sont plus nerveux je propose une production orale en continu où ils n’ont pas les questions-réponses mais simplement à se présenter, tirer au sort 3 images ou 3 mots en français, épeler le mot en anglais.

Une évaluation écrite

Lorsque la tâche finale n’est pas écrite et/ou qu’elle n’est pas individuelle, je propose une évaluation écrite complète. Sinon, l’évaluation repose souvent sur une compréhension orale ou écrite suivi d’un bilan culture sur les points culturels vus en classe.

Construire une séquence : mes astuces

Organiser le dossier numérique

Construire une séquence c’est aussi s’y retrouver. Chaque séquence est un dossier divisé en 3 sous dossiers : documents modifiables, documents élèves et documents passés. Je numérote les documents élèves dans l’ordre de leur utilisation/distribution aux élèves et les enregistre tous en version PDF y compris le diaporama. Je numérote les mp3, les vidéos et les worksheets aussi.

Intégrer des diapositives existantes dans un diaporama

J’ai un diaporama pour ma séquence. J’ai aussi un diaporama pour mes rituels. Je pourrais faire des copier-coller. Mais je fais mieux. Je clique sur la petite flèche à droite de « nouvelle diapositive », je descends tout en bas du menu et clique sur  « réutiliser les diapositives ». Je parcours mon Drive pour trouver la présentation de rituels que je veux en fonction de mon objectif, Toutes les diapositives apparaissent à droite, je sélectionne et elle apparaît pile où je veux.

Intégrer de l'audio

Nous avons décidé d’intégrer avec ma collègue plus de phonologie donc j’utilise mon site chouchou pour intégrer la prononciation du mot en question. Si vous avez cliqué sur le lien vous avez entendu le mot « too » prononcé avec un accent britannique. En changeant dans la barre d’adresse « too » en un autre mot de votre choix et/ou en indiquant « us » à la place de « uk » vous aurez la prononciation américaine. Vous pouvez copier-coller le lien dans vos dispositives (c’est ce que je fais car mes diaporamas sont ensuite transformés en pdf) ou bien télécharger le fichier mp3 et l’intégrer comme son dans n’importe quelle activité.

Utiliser des modèles de documents

Je crée l’évaluation avec les élèves en fin de séquence. Donc je crée un modèle vide que je ne remplis que la veille de l’évaluation écrite à partir des traces écrites réellement travaillées en classe. Je gagne du temps en sélectionnant le type d’exercice, le support audio ou écrit, les compétences mais je me laisse une marge de manœuvre plutôt que de tout faire et corriger en fin de séquence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
%d blogueurs aiment cette page :