L’anglais en UPE2A ou NSA

Enseigner l'anglais en NSA UPE2A

Sommaire

Accueillir des élèves des sections UPE2A ou NSA fait désormais partie de mon quotidien. Et enseigner l’anglais à ses élèves est un nouveau défi. Voici quelques tâtonnements partagés et quelques pistes.

Enseigner l'anglais en NSA UPE2A

UPE2A ou NSA ? C'est quoi ?

Nous avons deux classes particulières dans mon établissement : UPE2A ou NSA. Et comme ce n’était pas le cas dans mes établissements précédents, je me suis sentie un peu perdue au début avec ces élèves.

Les UPE2A sont globalement des élèves allophones auxquels on offre des cours de FLS sur leur temps scolaire à la place de certains autres cours – tel que le français par exemple. Leur intégration dans les autres cours se fait progressivement. Ils peuvent être en UPE2A de la 6e à la 3e avec quand même la volonté d’y aller de moins en moins, pour intégrer le cursus traditionnel. Ils ont en général un « background » scolaire dans leur langue maternelle, voire même dans une autre langue. Ces élèves passent d’ailleurs le DELF dans mon établissement.

Les NSA eux sont des élèves non scolarisés antérieurement. Ils sont principalement chez nous intégrés en 3e. Nous n’avons que quelques mois pour leur apprendre les bases des bases du français à l’écrit et l’oral. Ce sont en général des élèves non scripteurs, non lecteurs, même dans leur langue maternelle.

L'anglais en UPE2A ou NSA

L'anglais en UPE2A

Depuis quelques semaines maintenant, j’intègre dans mes cours des élèves UPE2A, certains parlant anglais, d’autres non et je me disais qu’on pouvait échanger ici quelques petits conseils !

UPE2A 5e

Dans une de mes classes de 5e, j’ai 2 élèves : l’une vient à tous les cours, l’autre est intégrée sur 2 heures sur 3. Elles ont toutes deux un bon niveau à l’oral, quelques difficultés à l’écrit mais font preuve de beaucoup de sérieux, d’application et de volonté à l’oral. Génial, en somme ! Donc pour elles, je n’adapte pas (enfin si je traduis si jamais je parle français en anglais, car elles le maîtrisent mieux). Leurs deux premières évaluations (une à l’écrit, l’autre à l’oral) sont très positives, elles sont ravies et moi aussi.

UPE2A 4e

Dans une de mes classes de 4e, j’ai 1 élève qui lui vient rarement, 1h sur 2 en fait, et qui est très en difficulté en français – renfermé sur lui-même, plutôt volontaire à l’écrit sur des fiches données en autonomie. Mais son oral est quasi inexistant : nos premiers échanges se sont bornés à « What’s your name? Where are you from? » et il a fallu sortir une carte pour trouver Albanie. Là, clairement il m’a fallu adapter. J’ai commencé par lui distribuer des fiches réservées à mes Fast Finishers de 6e pour tester. Et les résultats sont mitigés. C’est très fragile, un peu de vocabulaire mais pas de structure de phrases et rien de culturel. Alors j’ai ressorti mon Interactive Notebook préparé pour le Big Challenge de 6e il y a deux ans (et je vais sans doute l’étoffer pour « monter » jusqu’au niveau 4e / 3e avec les bases vitales).

UPE2A 3e

Enfin, dans ma classe de 3e, j’avais un élève très volontaire en anglais (d’ailleurs il venait me voir pour lui traduire les papiers ou expliquer des trucs administratifs à ses parents) mais, et c’est heureux pour lui, il a intégré une nouvelle structure « professionnelle ». Et du coup, puisque nous ne sommes « que » 28 à présent, arrivent demain, 2 élèves précédemment non scolarisés. Je ne sais rien d’eux, ni de leur niveau en anglais, ni de leur histoire personnelle, ni simplement d’où ils viennent. On va découvrir #surprise. Je crois que je vais prévoir des photocopies supplémentaires de mon cahier interactif.

L'anglais en NSA

Dans mon collège, nous avons beaucoup de NSA, des élèves souvent venus de la désormais tristement célèbre « Jungle de Calais » et qui arrivent seuls, mineurs, placés en foyers. #monpetitcoeurdemèrepleure

Au départ j’ai pris mes marques. Certains ont eu besoin de l’anglais pour « survivre » ; ils ont quelques bases, et apprennent vite à répéter ce que je dis. D’autres sont perdus : ne savent ni lire, ni écrire, ni évidemment parler français ou anglais. Là je voyais un tunnel sans fin. J’ai donc pris le taureau par les cornes et créé de toutes pièces un Survival Kit. Il se compose de petites activités simples (typiquement pour l’instant du vocabulaire imagé) pour survivre au collège et notamment en anglais. L’idée est de lire (et je leur lis à voix haute pendant 5 minutes, et ils répètent), écrire (et comme tenir un crayon n’est pas chose aisée, on travaille comme en grande section), copier et mémoriser. Il y a 10 unités publiées en tout. Et le lexique y est travaillé mais les tournures de phrases le sont également par la suite !

NSA : un kit d survie

Une unité prend globalement la semaine à mes élèves pour l’instant ! Mais les NSA apprécient. D’une part, je m’occupe d’eux. C’est bête à dire, mais le discours de certains responsables « Il faut les laisser s’immerger dans la langue, se noyer, les meilleurs remonteront », est très éloigné de notre quotidien (et aussi de notre volonté d’enseignant !). Et je précise que ce discours je l’ai entendu, plus d’une foie ! D’autre part, ils ont du travail à faire qui reste à leur portée en autonomie. Et là c’est bénéfique pour moi aussi. Dans ma 3e chargée, je n’ai pas plus de 5-8 minutes à leur consacrer à mes deux invités. Alors il leur faut du concret. Leur prof de français (FLS-FLE), qui les a tous les matins, est content qu’ils puissent être intégrés dans certains cours et d’un point de vue humain, je suis ravie qu’ils puissent fréquenter les jeunes de leur classe – être toujours dans une structure à part serait préjudiciable à leur intégration. Objectif : CAP dans un an !! #onalapression

Et vous ? Vous faites comment ? UPE2A ou NSA ? #jefaismacurieuse

Les ressources UPE2A ou NSA

Même si les ressources de SEGPA pourraient convenir en termes de niveaux, je n’utilise avec eux que très peu de ces ressources car elles sont rarement utilisables en autonomie totale. Voici donc les cahiers interactifs et le kit de survie.

5 commentaires

  • Nancy dit :

    Alors…ouiiiiii, ça marche ! Mon élève était vraiment content de pouvoir me montrer ce qu’il savait dire (très peu : good morning, thank you, please). Ensuite on a lu et répété ensemble, on a expliqué, puis il a écrit sous les mots anglais leur sens en français (il parle un peu mais l’écrit est catastrophique)…pour le prochain cours il doit essayer de mémoriser et je lui donnerai les mots à compléter … et il est d’accord pour continuer !!!! J’envisage d’apporter ma tablette pour lui faire faire de l’écoute…MERCI ! Ce kit met bien le pied à l’étrier 😀

  • Nancy dit :

    Bon, j’ai imprimé quelques fiches du kit et je commence demain. Le reste de la classe travaille en binômes sur la tâche finale, donc je vais ENFIN avoir du temps pour cet élève. Je vais faire le point avec lui de ce qu’il a pu grapiller jusque là, et on va tester les « Greetings » 😉 Du coup, je viens à la pêche aux astuces…tu lis et ils répètent, si j’ai bien compris…Listen and repeat…comme on fait pour le nouveau vocab en 6° ? Le mien n’a pas de souci pour écrire, donc je ne vais pas utiliser je pense les pages pour la graphie…Par contre peut-être les pages avec les mots à écrire dans les – – – après mémorisation…I’ll keep you posted ! Thanks a lot anyway 😀

  • Nancy dit :

    Alors là ! J’admire ! Et je suis preneuse de conseils car j’ai un nouvel arrivant en 4°, il vient de Côte d’Ivoire et n’a jamais fait de langue étrangère quelle qu’elle soit. Dans ma classe à 28 dont une moitié en difficulté, j’avoue que j’ai vraiment peu de temps pour lui…et je le vis mal. D’abord parce qu’il est gentil, et qu’il fait son possible pour essayer de capter ce que l’on fait; Il essaie même de participer, en français, certes, mais cela prouve qu’il s’accroche. Alors si je peux lui proposer des petites choses simples…Ensuite pédagogiquement parlant c’est un échec pour moi…ne pas arriver à rebondir sur cette arrivée…J’espère que le break de Noel me permettra d’y voir plus clair…la fatigue se fait cruellement sentir :/

    • Mrs Recht dit :

      Comme je te comprends ! C’est justement pour ça que je m’y suis mise ! Rien n’existe, et ce que j’avais était trop bébé (6e-oriented) ou alors trop manuel (découpage-collage, c’est pas possible). Là ils apprécient tous (y’en à 2 en 3e et 2 en 4e).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
%d bloggers like this: