Un assistant en cours d’anglais

Travailler avec un assistant étranger

Sommaire

Dans mon établissement, nous avons la chance d’avoir un assistant de langue en LV1 et en LV2 ! C’est une chance ! Mais je crois à bien y réfléchir que je n’ai jamais vraiment su la saisir.

Travailler avec un assistant étranger

Assistant étranger : quel rôle ?

Alors cet été je me suis trituré le cerveau (torturé serait sans doute le mot exact). Et j’en suis venue à la conclusion qu’inclure l’assistant sur mes séquences est une prise de tête et que je me refuse à le faire une année de plus.

Cette année, nous avons la chance de recevoir un jeune homme sympa, débrouillard, ponctuel et qui a déjà été au contact d’élèves (critère que nous n’avons réunis qu’une seule fois en 8 ans). Les autres ont jusque là été des jeunes filles peu matures, peu ponctuelles et vraiment pas destinées à l’enseignement. A part pour l’une d’entre elles, une perle, LAUREN, si tu me lis tu me manque terriblement.

Assistant étranger : quelle stratégie ?

  • D’abord, je ne me concentre que sur 1 seul niveau.  Les 3e ayant eu des assistants chaque année précédente, les 6e l’auront en exclusivité pour eux. Mes collègues se « le » partagent principalement sur les 5e et les euros.
  • Ensuite, je ne l’invite pas chaque semaine. C’est trop, je n’avance pas et ça m’agace. Donc GRAND CHANGEMENT, il a un EDT semaine 1 / semaine 2. Ce fut un beau sac de nœuds à créer mais au moins je me sens plus libre.
  • Enfin, je le lance sur un projet à l’année. Il n’y a donc aucune – ou presque – connexion avec mes séquences, ni de problème de décalage entre ce qu’il fait et ce que je fais. Il s’agit du fameux projet eTwinning « My First Penpal » qui motive déjà beaucoup les élèves.
  • Et je l’utilise VRAIMENT ! Donc il aide, corrige – pas des paquets de copies mais les productions des élèves destinées à nos correspondants – donne des idées et CREE SES SEANCES. En effet, les années passées, je passais une heure par semaine à créer les docs utilisés par mes assistants. Et cela interroge sur le nom qu’on leur donne, puisqu’ils devenaient de fait mes assistés.

Assistant étranger : quel résultat ?

J’espèrais beaucoup de cette nouvelle organisation, car je sentais bien que je sous-exploitais les assistants. En même temps j’avoue que je les maternais sans doute trop. Et au final, j’étais TRES agacée de me rendre compte qu’il fallait CREER une séance que je ne ferais pas moi-même. J’étais encore plus embêtée de devoir les caser sur une autre heure en cas d’évaluation qui tombait là (parce que parfois on n’a pas le choix).
 
La solution n’est pas encore idéale. Avec certains assistants cela marche très bien ainsi. Avec d’autres c’est terriblement décevant, et parfois totalement inutile. Parfois encore, c’est vraiment génial ! Je ne sais pas ce qui pourrait nous assurer un fonctionnement optimum chaque année mais à dire vrai je crois beaucoup à une phase d’observation réelle et également à une phase de construction commune.
 

ET vous, comment faites-vous ???

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
%d blogueurs aiment cette page :